Blog (Single Entry)

Le tissage sur le continent indo-européen

06avr
  • Le tissage sur le continent indo-européen

Sur le continent indo-européen, c’est au Moyen-Orient, dans la région qu’occupe aujourd’hui la Syrie, que s’est développé l’art textile. C’est vers 1500 av. J.C. que l’élaboration puis la diffusion de techniques qui donnèrent naissance à des tissus d’un grand raffinement, firent l’admiration au point, que, « syrien » devint le nom synonyme de tisserand. De par l’étendue de leur territoire entre l’Orient et l’occident, les perses contrôlèrent le commerce des soies chinoises. Ce commerce, s’ajoutant à leur propre production de soie, dont ils maîtrisèrent la fabrication à partir de l’ère chrétienne, fit de la Perse le centre de fabrication des tissus précieux. La technique du samit caractéristique des quelques soieries sassanides parvenues jusqu’à nous, fut importé par les artisans syriens. Bon nombre émigrèrent devant la main mise de l’empereur byzantin Justinien, sur la fabrication des étoffes précieuses et de sa limitation à ne les attribuer qu’à lui-même et aux membres de sa cour. Peu d’exemplaires ont été conservés mais cependant, l’influence graphique des tissus sassanides se répandit. On en retrouve les compositions et les thèmes, sur des tissus coptes, chinois, byzantins, musulmans mais également sur des œuvre italiennes et espagnols allant du XII ème au XV ème siècle.

tissage_bouble chaine_etoffe-coton-evolisse_lyon

Les tissus coptes nous sont parvenus en bien plus grand nombre. Successivement gouvernés par les grecs (-306 à – 30 av. J.C.) , les romains (- 30 à 395 ap. J.C.) , les byzantins (395 à 619) puis les perses (619 à 629) , les nombreuses influences se succèdèrent et produisirent un art original aux multiples facettes et aux thèmes variés. Ces populations originaires de la vallée du Nil, se christianisèrent progressivement à partir du II ème siècle. C’est pourquoi on y trouve fréquemment représentées, des thèmes de la mythologie biblique.

tissage_brocard_etoffe_evolisse_lyon

les tisserands de l’époque musulmane vont perfectionner les techniques et les outils. En plus des métiers haute et basse lisse, apparus très tôt en Egypte et en Grèce, ainsi que du métier à la tire – fruit des artisans syriens au III ème siècle – ils découvrent le métier à pédale en provenance de chine. L’essor et le commerce de leurs productions ont laissé au vocabulaire textile des termes comme Mousseline ( de l’arabe mausilî de Mossoul), Damas (capitale de la Syrie), Taffetas (du turco-persan signifiant tissé)

tissage_teinture à la plume_etoffe-coton_evolisse_lyon

Au cours du XIII ème siècle, les italiens, qui jusque là faisaient commerce des pièces tissées en provenance d’Asie Mineure, de Perse et de Syrie et en raison des troubles provoqués en méditerranée orientale par les invasions mongoles, vont progressivement monter leurs propres ateliers.

Sources: « le tour du monde illustré des techniques traditionnelles. John Gillon et Bryan Sentance. Ed: Alternatives;  « Soieries sassanides, coptes et byzantines » Musée historique des tissus de Lyon. Ed de la réunion des musées nationaux;  « L’art textile » Michel Thomas, Christine Mainguy, Sophie Pommier. Ed: Skira

Les commentaires sont actuellement fermés.