Bienvenue chez Evolisse

Journal

Le coton

15oct
  • Le coton

La fleur du cotonnier produit des graines enveloppées d’un fin duvet. Quoi que bon nombre de ses fibres soient aujourd’hui blanchies artificiellement, il existe un coton naturellement blanc de qualité supérieur. Les plus belles fibres, appelées « longues soies » sont issues d’une variété originaire du Pérou. Celle-ci aurait été importée aux Antilles française par Bonaparte. Elle a donné naissance à plusieurs autres variétés dont les fibres longues sont réservées aux cotonnades haut de gamme. Une autre variété originaire d’Amérique centrale et produisant une fibre dite « moyenne soie » fut introduite aux Etats Unis au début du XIX ème siècle et représente aujourd’hui quatre-vingt pour cent de la production mondiale de coton.

restauration-textile-lyon_stoppage-tissu-rhone_le-tissage-auvergne-rhone-alpes_evolisse_lyon_rhone-alpes

L’Europe attendra le XIII ème siècle pour intégrer cette fibre végétale au tissage des étoffes vestimentaires. C’est une pénurie de laine qui aura sévi durant cette période qui incitera les tisserands à l’utiliser, en association avec le chanvre et le lin, pour la confection de vêtements. Jusque là, le coton brut importé des Indes ne sert que de rembourrage aux édredons. Il est également filé et torsadé pour fabriquer les mèches de lampes et de cierges. C’est en mille cinq cent cinquante que les cotons en provenance d’Inde et de Perse et qui transitent par le port de Marseille, commenceront à être tissés sur place. C’est à partir de cette époque que le coton va rapidement prendre une place de plus en plus importante. Plus économique à produire que les autres fibres textiles, il est également d’une grande solidité. De plus, son coût ayant été artificiellement réduit par l’esclavage de sa main d’oeuvre, en Amérique et aux Antilles, elle fut une matière première particulièrement bon marché, au cours des siècles passées. Au XVII ème et XVIII ème siècle, il obtient ses lettres de noblesse, sa présence étant partout au sein des chambres princières dont il tapissait les murs et les lits. La papeline de soie, tissée en Avignon, est devenue aujourd’hui la popeline dont la matière est de pur coton et dont le tissage donnera naissance à la toile de jean.

tissage-artisanal-lyon_stoppage-vetement-lyon_restauration-textile-lyon_evolisse_lyon_rhone-alpes

Au Pérou autant qu’en Inde, le tissage du coton est une tradition millénaire. Les fragment trouvés dans les tombeaux Inca sont datés de plus de deux mille ans. Mais c’est en Inde, sur les bords de l’Indus, que sera trouvé le fragment le plus ancien. Daté de cinq mille ans, il atteste de plus, de par la parfaite conservation de sa teinture, d’une parfaite maîtrise de celle-ci et notamment des mordants qui permettent de la fixer.

stoppage-tissu-lyon_tissage-mural-lyon_restauration-textile-lyon_evolisse_lyon_rhone-alpes

Son utilisation est si ancienne que de nombreuses traditions l’on intégré dans leurs mythologies. Pour les Upanishads, il représente le soi et le souffle et symbolise la continuité qui va du monde des ténèbres à la lumière. Les Murungs, au Bangladesh perpétuent des rites très anciens et accorde au brin de coton le pouvoir magique d’identifier les esprits mauvais. A Bali, c’est la déesse Dewl Sri qui apporta le coton aux hommes. Emanation de l’énergie divine, son fil s’unissant par la chaîne et par la trame, symbolise l’union du masculin et du féminin. En chine, il est directement associé au mythe de la tisserande, représenté par l’étoile Alpha, et du bouvier dont la constellation lui fait face dans la voûte céleste. Dans la mythologie Maya, le fil de coton est une représentation des lianes de la forêt, dont le serpent de son corps vivant devient le créateur du tissage.

creation-textile-lyon_stoppage-costume-lyon_restauration-textile-lyon_evolisse_rhone-alpes

Le coton représente aujourd’hui presque la moitié du poids de fibres textiles utilisées dans le monde.

sources: « l’or blanc: la fabuleuse aventure du coton » Lucien Marchal. Ed: Marabout Université;  « Le coton au fil du temps » Michelle Jeanguyot. Ed: Le vigan

Les tapis d’Orient

15août
  • Les tapis d’Orient

Pour le néophyte, le terme « Tapis d’Orient » évoque immédiatement ces somptueuses pièces aux nouages fins, aux entrelacs végétaux amples et aériens, ou les lissiers auront su mener l’art de l’arabesque jusqu’à son plus haut niveau. Tissés au centre et au sud de l’Iran, la finesse et la luxuriance de leurs décors évoque dans l’imaginaire collectif l’idée de luxe et d’exotisme. Qu’ils soient tissés pour un usage profane ou sacré, comme les tapis de prière, leurs arabesques végétales évoquent, dans les productions iraniennes, les jardins du paradis. Pour l’amateur éclairé, le tapis d’orient concerne un territoire bien plus vaste qui va de la Turquie, porte de l’Europe, à la Chine. Quoi que la route de la soie ait favorisé l’interpénétration des influences, plus de deux cents provenances sont clairement identifiables par leurs motifs et leurs compositions et il serait impossible de toutes les nommer en un si bref aperçu.

restauration-textile-lyon_tissage-tissu_stoppage-tissu_evolisse_lyon-rhone

Le tissage des tapis fait parti de la famille des tissages dit « tapisserie », qui se caractérisent par une chaîne totalement recouverte par les trames. Parfois utilisés au mur, les tapis sont plus généralement placés au sol, ou ils apportent un confort acoustique et thermique indéniable. Le martèlement que nous leur imposons provoque une usure beaucoup plus rapide qu’une utilisation murale. C’est pourquoi les pièces datant de plus de cent cinquante ans sont très rares.

Peu d’indices permettent de dater et d’attribuer l’invention de la technique du point noué, d’autant que les nouages différant d’une région à l’autre, ses lieux d’origines semblent multiples..Cependant, en 1949 deux fragments de tapis ont été découvert à Pasyryk. Les rites funéraires des populations y vivant 600 ans avant J.C, ainsi que les conditions climatiques du Massif de l’Altaï, ont permis à ces fragments de parvenir jusqu’à nous. Ils attestent d’une parfaite maîtrise technique et artistique de leurs fabrications. L’un de ceux-ci présente deux bordures dont l’une est ornée d’une frise de daims et la seconde de cavaliers. Ce qui indique une origine persane, du moins dans son décors.

restauration-textile_restauration-de-tapis_tissage-artisanal_evolisse_lyon_rhone

Le Turkestan Oriental aura livré quelques fragments datant du troisième et quatrième siècle de notre ère. Malheureusement détruits lors de la dernière guerre mondiale, il nous reste quelques croquis et descriptions, qui révèlent l’utilisation de motifs qui ont toujours cours aujourd’hui. L’Anatolie à conservé de nombreux fragments datant du douzième et treizième siècle. Dans son récit de voyage, Marco Polo (1254-1324) relate : «  Ils vivent de commerce et d’industrie : ils fabriquent les plus fins tapis et les plus beaux du monde et aussi des draps de soie de diverses couleurs, très beau et très riches, en très grande quantité, et beaucoup d’autres choses … »

restauration-textile_stoppage-tissu_restauration-de-tapis-lyon_tissage-artisanal_evolisse_lyon_rhone-alpes

Au quinzième siècle, on voit apparaître dans les tableaux des peintres européens, des tapis de cette région reconnaissables aux particularitées de leur ornementation. Holbein le jeune, peintre Allemand (1497-1543) en ayant représenté dans plusieurs de ces tableaux, c’est son nom que les collectionneurs européens ont donné au style graphique des tapis de cette région de la Turquie. Un style assez proche des productions plus récente des tapis turkmènes et caucasiens.

 L’Europe finira par monter ces propres ateliers en invitant des artisans persans à venir transmettre leur savoir faire. Cependant les tapis d’Orient restent encore aujourd’hui de par la variété de leurs styles, de leurs graphismes, de leurs symboliques, ainsi que de leurs résistance, des pièces d’art textile très prisées.

Sources: « Le tapis » Enza Lilanesi. Ed:Gründ;  « Le tapis de l’amateur » E. Gans-Ruedin. Ed: Könemann

Le textile et ses nouvelles innovations

14juin
  • Le textile et ses nouvelles innovations

D’un façon générale, les innovations techno-industrielles doivent beaucoup à l’essor de l’industrie textile, dont le point de départ se situe au XVIII ème siècle. Celle-ci entraîna notamment une forte migration des populations rurales vers les villes autour desquelles se concentrèrent désormais les industries. Avant cette industrialisation, le tissage des étoffes était réalisé dans les campagnes, les femmes y exerçant cette activité pendant les mois d’hivers, dés leur plus jeune âge. La compétition effrénée qu’engendra l’industrialisation de la fabrication textile incitera les dirigeants à centraliser ces nouveaux savoirs. En France, ce sera la création en 1780 de l’école des arts et métiers ainsi que l’école polytechnique en 1794.

Au début du XX ème siècle, les fibres synthétiques issues du pétrole font leur apparition, tandis que quelques décennies plus tôt les premiers grands magasins ont facilité l’accès à la confection. C’est à cette époque que naît l’idée de « la ménagère de moins de 50 ans » ; point d’étude des comportements d’achat, que les publicistes utilisent toujours aujourd’hui pour affiner leurs campagnes.

textile_impression_histoire-textile_tissage_evolisse_lyon_rhonr

Dans les années 1970 l’industrie textile décline en Europe, concurrencée par la main d’oeuvre bon marchée des pays émergents. C’est pourquoi l’effort y sera désormais porté sur la recherche et le développement des textiles techniques, tant dans l’anoblissement des tissus traditionnels que dans la mise en œuvre de nouveaux matériaux et de nouvelles applications. C’est l’apparition des néo textiles, dans les année 1990. Les e-textiles utilisent l’énergie électrique tandis que les textiles actifs se modifient en fonction de la température, de l’humidité ou de la pression exercé et peuvent même émettre de la lumière. La récente émergence des éco techno-textiles permet de développer des solutions aux problèmes environnementaux telles que la pollution, la protection acoustique, la décontamination…

textille_inovation_histoire-textile_evolisse_-Lyon_rhone

Les dermo-textiles se développe depuis une décennie avec des applications telles que des textiles qui ralentissent la déshydratation ou favorise la perte de poids mais également des textiles pourvus de capteurs de surveillance médicale. On les retrouve parfois sous le terme « texticament ». Les pansements dit « intelligents » sont en cours de recherche et devraient apparaître très bientôt sur le marché.

Les néo-textiles trouvent également leur place dans la décoration d’intérieur comme les textiles articulés, les textiles lumineux ainsi que les tissus cellulaires à mémoire de forme, par impression 3D.

Tous ces néo-textiles représentent un domaine juste naissant mais dont les applications devraient nous étonner dans les années à venir.

Le tissage des indiens d’amérique

01mai
  • Le tissage des indiens d’amérique

Le tissage est peu pratiqué par les tributs du nord du continent, si ce n’est par les indiens Navajos. Probablement originaire du nord, ils se seraient installer dans le sud-ouest au cours du XVIème s. , Selon la mythologie Navajos , c’est la « femme araignée », qui tisse les éléments naturels de la terre et du ciel, qui leur a transmis l’art du tissage. Mais les régions ou le tissage traditionnel du continent américain sont le mieux représentées sont celles des civilisations qui ont prospéré en Amérique du sud avant la conquête des Amériques.

tapisserie_creation_textile_tissage_amerique-latine_histoire_evolisse_lyon_rhone-alpestextile_tapisserie_personnalisation_tissage_traditionnel_histoire_evolisse_lyon_rhone-alpes

Pratiqué depuis plus de 12 000 ans, il est resté durant des siècles un moyen de communication et d’échange, traduisant par son graphisme et ses couleurs, l’appartenance de son propriétaire ou la valeur d’un culte. L’art textile toujours vivant des indiens du Mexique en est un exemple expressif. Les indiens Huichole ayant rejeté le christianisme, leur costume traditionnel est à lui seul une expression de foi et est orné de symboles animaliers représentant leurs dieux et des prières visuelles. Ce sont surtout les femmes qui perpétuent le tissage sur métier à bande plus mobile, tandis que les hommes se sont approprié le métier traditionnel espagnol. Quoi que les nouvelles influences, de l’Europe, du Proche Orient, de la Chine et des Philippines aient fait évoluer les représentations, celles-ci restent très ancrées dans la tradition ornementale et perpétuent les concepts traditionnelles d’astronomie.

tapisserie_tissage_restauration_textile_amerique latine_histoire_evolisse_lyon_rhone-alpestapisserie_restauration_textile_traditionnel_tissage_amerique-latine_evolisse_lyon

Les Ponchos et couvertures sont souvent ornés d’un médaillon centrale en forme de losange. Cette forme, associée à celle du diamant, est une représentation de la terre, ses quatre angles correspondant aux quatre points cardinaux. De même, les formes en zigzag représentent les éclairs et par extension la pluie. Bon nombre de tissage, et notamment dans la technique tapisserie utilisée pour la confection des sarapes et des couvertures, reflètent aujourd’hui, la fusion des croyances ancestrales et chrétiennes. Les arbres de vie, de par leur caractère sacré foisonnent, ainsi que les motifs floraux surmontés d’oiseaux. Quoi que l’industrie du tourisme mexicain trouve un grand profit à cette initiative du maintien de ces pittoresques traditions,la discrimination que vivent les populations indigènes met en danger la survivance de ces créations uniques.

Sources: « Artisanat de tradition en Amérique » Robert Shaw. Ed: Könemann;  « les textiles anciens du Pérou et leurs techniques » Raoul d’Harcourt. Ed d’Art et d’Histoire

Le tissage et ses symboles

09fév
  • Le tissage et ses symboles

Tel un fil d’Ariane, l’on retrouvent un lien étroit entre la naissance et le tissage. Dans de nombreuses cultures. le métier à tisser, tout comme les outils associés , fuseau, quenouille, sont des symboles du destin. Des vestiges remontant jusqu’à 2000 ans avant notre ère nous montrent de nombreuses déesses, qui tel les Parques, présidaient aux naissances et au déroulement des jours. Elles sont représentées tenant un fuseau et une quenouille.

textile-symbole_tissage_broderie_etoffe_culture_evolisse_lyon_rhonetenture_tissage_textile_symbole_histoire_evolisse_lyon_rhone

 

 

 

 

 

 

Tout comme les Nornes de la mythologie nordique, les Moires de la mythologie grecque, également honorées comme déesses de la naissance, sont 3 divinités lunaires qui déterminent le destin des dieux et des hommes. Clotho file le fil du destin. Lachésis le mesure avec une baguette. Atropos le tranche. En Afrique du Nord, le tissage est associé à la création et à l’enfantement. Son travail achevé, la tisserande prononce traditionnellement une formule de bénédiction, lorsqu’elle coupe la chaîne qui relie le textile au métier. Formule que la sage-femme prononce également lors de la coupure du cordon ombilical du nouveau né.

tissage_textile_symbole_tapis_histoire_evolisse_lyon_rhonetapisserie_tissage_textile_symbole_histoire_evolisse_lyon_rhone

 

 

 

 

 

 

La création textile n’est pas seulement symbole d’enfantement ; elle est également le support de tout un langage. Les ornementations traditionnelles y sont à hautes valeurs symboliques. Qu’il s’agisse d’attirer la bienveillance, la fécondité, l’harmonie, le bonheur ou de se protéger des malheurs, les motifs symboliques y foisonnent. Chaque couleur et chaque forme ou représentation, y a sa place et son sens. Elle se développera jusqu’au foisonnement graphique et/ou narratifs dans les textiles d’apparat à vocation spirituelle et de prestige. Sur tous les continents, on retrouve cette marque du « magique »ou du »sacré », sur nombre de supports tissés.

textile_tissage_etoffe_restauration textile_symbole_histoire_evolisse_lyon_-rhonetenture_tissage_textile_symbole_histoire_evolisse_lyon_rhone

 

 

 

 

 

 

A toute époque et en toutes cultures, il est également un symbole de distinction sociale et de pouvoir. Au delà de l’appartenance social que définit le vêtement lui même, la richesse et le raffinement de ses étoffes et de ses ornementations attestent de la valeur de son propriétaire.

Sources: « Mythologie du monde entier »  sous la direction de Roy Willis. Ed: Larousse;   » Soieries sassanides coptes et byzantines » Musées historique des tissus de Lyon. Edition du patrimoine des musées nationaux;  « La broderie » Claude Fauque. Ed: Aubanel

 

Teinture textile traditionnelle : l’indigo

26sept
  • Teinture textile traditionnelle : l’indigo

Les égyptiens considéraient le bleu comme la couleur de la vérité. C’est pourquoi les scènes de jugement des âmes, aux seins de leurs nécropoles, sont généralement recouvertes d’un enduit bleu clair. Zeus et Yahvé sont représentés les pieds posés sur l’azur, que les mésopotamiens disaient façonné de Lapis-lazuli. Couleur masculine en occident, elle représente le ciel et l’eau et signifie, patience, liberté, harmonie. En chine, elle symbolise l’immortalité. Pour l’hindouisme, elle est la couleur de krishna mais également considérée comme une couleur impure, elle ne se porte que les jours de deuil, tout comme en Iran. En Afrique, elle symbolise la paix de l’initié.

tapisserie_tissage_teinture_indigo_evolisse-lyon_rhonetapisserie_textile_tissage_teinture_indigo_evolisse_lyon_rhone-alpes

 

 

 

 

 

 

 La plupart des bleus naturels sont d’origine minérale. Les végétaux, quand à eux, ne produisent qu’un seul bleu. Diverses plantes, toutes connues par ailleurs pour leurs vertus médicinales, permettent d’obtenir par macération, ce bleu végétal si caractéristique que l’on nomme « Indigo ». Le pastel, que l’on retrouve sous différents noms selon les régions, est cultivé sous les climats tempérés. D’autres variétés d’Indigotiers, sont cultivés sous les climats tropicaux ou équatoriaux. En Asie et notamment en Chine et au Japon, outre la guède (autre nom de la pastel ) c’est la macération des feuilles de renouée, plante envahissante, qui permet communément d’extraire l’Indigo. En Indonésie, c’est le laurier à indigo qui donne accès au précieux bleu.

textile_tapisserie_tissage_indigo_teinture_evolisse_lyon_rhone-alpestissage_tapisserie-indigo_teinture_textile_evolisse_lyon_rhone

                                                                                                                                                                                                                                                                                      Au Moyen Age, c’est en France que se produira et s’exportera la plus grande quantité de pastel. Bien qu’elle se cultiva également en Allemagne, Angleterre, Italie, Pologne, Russie, Pays Bas, la demande était si forte que sa production enrichi considérablement ses producteurs. C’est au XVIème siècle que l’Indigo des Indes va faire son apparition en Europe. Afin de protéger le commerce de Pastel, sa vente sera interdite sur le territoire français jusqu’en 1737.

tapisserie_teinture_tissage_textile_indigo_evolisse_lyon_rhone-alpestissage_teinture_tapisserie_indigo_testile_evolisse_lyon_rhone-alpes

                                                                                                                                                                                                                                                                                        A cette époque, les plantations d’indigotier des Indes sont massives. En effet, c’est la variété « Indigofera tinctoria » qui produit la plus forte concentration en pigments. De plus, la méthode d’extraction apporte un plus faible volume de conditionnement. Mais c’est surtout son prix très bas, qui va rapidement supplanter la production des autres espèces indigogènes avant que les pigments synthétiques n’envahissent le marché.

Les tissages Coptes

22août

Les artisans coptes sont réputés pour la qualité de leur travail du bois et de celui des étoffes. Leurs arts décoratifs furent très imprégnés de la diversité des influences culturels et religieuses qui caractérisèrent la région jusqu’au VIIème siècle. Il ne reste que quelques rares pièces textiles antérieur au 3ème siècle mais celles-ci témoignent d’une production de tapisseries de laine, aux sujet très variés. Jusqu’au Vème siècle, elles sont très représentatives de la diversité des cultes qui se pratiquaient dans la région.

tapisserie_tissage_laine_copte_evolisse_lyon_rhonetissage_tapisserie_decoratif_copte_evolisse_lyon_rhone

Pour les tissus destinés aux vêtements, le lin et la laine étaient privilégiés sur les autres matières. Le tissage en était dense, la trame recouvrant presque entièrement la chaîne. Les tuniques étaient tissés d’une seule pièce et sans découpe ultérieure, agrémentées de bandes aux motifs figuratifs et de scènes animées. Motifs que l’on retrouve sur les tissus d’ameublement tels les coussins et rideaux.

tissage_copte_tapisserie_creation_evolisse_lyon_rhonetapisserie_copte_tissage_laine_evolisse_lyon_rhone

Les Coptes désigne aujourd’hui les chrétiens d’Egypte. Ce nom vient de Kyptaïos, qui désignait l’Egypte, pour les grecs antiques. Les écrits les plus anciens attestant de communautés chrétiennes en Egypte datent du deuxième siècle. C’est à cette époque que l’évêque Démétrios créa l’école chrétienne à Alexandrie. Fondée par Alexandre le grand en 331 av. J. C. cette métropole abritait différentes congrégations. S’y côtoyaient les adeptes des cultes pharaonique, grec, romain, judaïque ainsi que les courants gnostiques. Bien que la naissance de l’église chrétienne d’Egypte se confonde avec celle de l’église primitive d’occident, elle se sépare de Rome et Constantinople en 451 à la suite d’une divergence de vue sur un point de doctrine. L’alphabet copte, qui n’est plus en usage aujourd’hui, est le même que l’alphabet grecque, si ce n’est l’adjonction de quelques lettres.

Sources: « L’art textile » Michel Thomas, Christine Mainguy, Sophie Pommier. Ed; Skira;  « Textile » John Gillow, Bryan Sentance. Ed: Alternatives

Restauration des tapisseries d’ameublement : la conservation

12juin
  • Restauration des tapisseries d’ameublement : la conservation

Il s’agit de plaquer le textile sur une toile fine et souple, dont la couleur soit en harmonie avec la teinte dominante. Les chaînes dénudées sont ainsi rangées à la place et avec la régularité du tissage initial, rendant ainsi de l’homogénéité et de la lisibilité au dessin. Un fil de même couleur et de même nature vient entourer les chaînes en les bloquant contre la toile. Si chaînes et trames sont manquantes, formants ainsi des trous ; le choix du support prenant en compte l’ensemble des teintes et des motifs absents, demande un temps de réflexion et de nombreux essais.

conservation1_restauration_textile_tissage_tapisserie_evolisse_lyon_rhone_alpes

conservation2_restauration_textile_tissage_tapisserie_evolisse_lyon_rhone_alpes

La conservation diffère de la restauration, en ce sens qu’elle a pour principe de consolider une pièce textile sans aucun ajout contemporain. Celle-ci est unilatéralement utiliser pour les présentations des pièces anciennes dans les musées. Il est nécessaire de consolider les étoffes, tapisseries, broderies, tapis avant de les présenter au public. Toutefois, la mission d’un musée étant de mettre en valeur le patrimoine historique sans prendre le risque de le dénaturer, aucune reconstitution ne serait pertinente à cet effet.

conservation3_restauration_textile_tissage_tapisserie_evolisse_lyon_rhone_alpesconservation4_restauration_textile_tissage_tapisserie_evolisse_lyon_rhone_alpes

Cette technique est également préconiser pour le traitement des soies sur les tapisserie anciennes des propriétaires privés. Un simple placage des chaînes évidées n’entamant pas la lisibilité du tableau, il est préférable d’opter pour cette solution et de réserver le rentrayage et le retissage pour le dessin central, si des manques importants apparaissent. Les broderies anciennes sont également conservées de la sorte et présentées généralement sous forme de tableaux muraux. De même les tapisseries de sièges, souvent trop endommagées pour permettre une restauration et dont le coût financier serait trop important, peuvent être préparées et présentées ainsi.

La laine

25avr
  • La laine

La laine est un matériaux utilisé depuis toujours. L’on sait qu’il y a 4 000 ans, les sumériens avaient déjà adopté celle-ci pour la confection de leurs vêtements. La toison des moutons en est la source la plus répandue mais, également celle des chèvres dont le mohair et le cachemire sont les plus appréciées. Selon les régions, on utilise également la toison des chameaux, ainsi que celle de l’alpaga et de la vigogne. Protégeant aussi bien des rigueurs du froid que des fortes chaleurs, sa structure formant des écailles bloque aussi l’humidité.

Bien avant que la technique du filage ne soit inventée, les premiers hommes récoltaient les bourrons que perdaient les moutons sauvages lors de la mue du printemps. La première fabrication à partir de ceux-ci fut probablement le feutre. Etaler entre deux paillasses de roseaux et baignés d’eau chaude à plusieurs reprises, ils forment, après séchage, un textile dense et serré. L’apparition du filage est difficile à dater. Les vestiges signalent cependant qu’au néolithique, ce savoir faire était déjà parfaitement maîtrisé.

laine_tapisserie_tissage_textile_evolisse_lyon_rhonelaine_tissage_tapisserie_textile_evolisse_lyon_rhone

 

 

 

 

 

 

 

On distingue plusieurs qualités de laine, la première étant nommée « mère laine ». Provenant du dessus du dos, du cou et des épaules, ses fibres plus longues permettent un filage plus fin. La deuxième qualité, issu de la queue et des cuisses, est utilisé pour réaliser des étoffes moins fines mais très résistantes telles que les couvertures et les vêtements rustiques. Celles-ci ont longtemps gardées le non de « pinchina » dont l’origine vient des ateliers de peignage, dans la région d’Aix en Provence, au moyen âge. La troisième et dernière qualité, prélevée sur la gorge et le dessous du ventre, était couramment appelée « creton » ou « crottin » en raison des débris d’excrément la rendant plus difficile à laver et était réservé à la réalisation d’étoffes très grossière telles que des toiles de tente, par exemple.

tissage_laine_tapisserie_textile_evolisse_lyon_rhonetapisserie_tissage_textile_laine_fibre_evolisse_lyon_rhone

 

 

 

 

 

 

 

Les marins utilisaient une laine non dégraissée afin d’accroître les qualités imperméables de la matière première. Cependant, pour les autres utilisations, le dégraissage s’avère indispensable. Durant l’antiquité, on ajoutait de l’urine à l’eau de lavage, afin de la blanchir. Une fois sécher, la laine est battue pour en faire sortir la poussière. Cardée, si les fibres sont courtes ou peignée si elles sont plus longues, elles sont enfin filées. Outre la qualité de la laine, la perfection du filage est essentiel pour obtenir un fil régulier et solide, qui permettra de confectionner des tissus souples et réguliers. Une fois tissées les étoffes étaient souvent feutrées puis, encore humides grattées au chardon, avant d’être tondues, afin d’augmenter leur pouvoir thermique.

A chaque époque, l’engouement pour la laine est resté intacte. Douce et souple, qu’elle soit non tissées comme le filet, le tricot, le crochet, le tressage, la dentelle, le macramé, le sprang ou tissées comme la tapisserie, la toile, l’étamine, la serge, le droguet, la tiretaine, le satin, elle s’adapte à toutes les techniques et a encore de beaux jours devant elle.

Le tissage sergé

21mar
  • Le tissage sergé

L’origine du terme « serge » viendrait du mot latin « serica » qui veut dire soieries. L’on pense que cette technique, dont l’effet visuel forme des diagonales, fut inventé pour le tissage de la soie, par un peuple d’Asie ; les Sères. A la faveurs des migrations, ce type de tissage se répandit jusqu’en Europe, dont les régions du nord, plus froides, lui privilégièrent la laine comme matière première.Les gaulois tissaient avec la laine de leurs moutons des serges de laine que les romains goûtaient tout particulièrement, bien avant la conquête de la gaule. C’est depuis la fin du XIV ème siècle que la serge désigne une étoffe pure laine tissée ainsi. Ces qualités thermiques et de résistances vont supplantées le drap au XIème siècle, avant que deux siècles plus tard, de nouvelles techniques de foulonnage n’apporte au drap, les mêmes caractéristiques. Son usage reste cependant dominant, qu’il s’agisse d’étoffe vestimentaire ou d’ameublement.

tissage_tapisserie_serge_stoppage_accroc_etoffe_tissus_laine_evolisse_lyontissage_tapisserie_serge_etoffe _stoppage_restauration_textile_evolisse_lyon

 

 

 

 

 

 

Pouvant former chevrons, losanges, arrêtes, selon les variations d’entrecroisement des chaînes et trames, ses déclinaisons ont donné lieu à de nombreuses appellations. L’évocation de quelques unes, telles que sempiternille, mignonette, impériale, tweed, pied de poule, denim, caviar, grain de poudre … rappelle la variété de ses effets visuels et de ses usages.

tissage_serge_pied_de_poule_tapisserie_accroc_stoppage_restauration_textile_laine_evolisse_lyontissage_tapisserie_etoffe_stoppage_restauration_textile_evolisse_lyon

 

 

 

 

 

 

Les douces et souples étoffes de laine tels le shetland, tout comme le châle cachemire, la couverture, la toile de Jean, la gabardine, le kilt écossais aux tartans dont chaque modèle est associé à une région ou un clan, ne sont que quelques unes des vastes applications de cette technique de tissage.

Pages