Blog (Single Entry)

Le coton

15oct
  • Le coton

La fleur du cotonnier produit des graines enveloppées d’un fin duvet. Quoi que bon nombre de ses fibres soient aujourd’hui blanchies artificiellement, il existe un coton naturellement blanc de qualité supérieur. Les plus belles fibres, appelées « longues soies » sont issues d’une variété originaire du Pérou. Celle-ci aurait été importée aux Antilles française par Bonaparte. Elle a donné naissance à plusieurs autres variétés dont les fibres longues sont réservées aux cotonnades haut de gamme. Une autre variété originaire d’Amérique centrale et produisant une fibre dite « moyenne soie » fut introduite aux Etats Unis au début du XIX ème siècle et représente aujourd’hui quatre-vingt pour cent de la production mondiale de coton.

restauration-textile-lyon_stoppage-tissu-rhone_le-tissage-auvergne-rhone-alpes_evolisse_lyon_rhone-alpes

L’Europe attendra le XIII ème siècle pour intégrer cette fibre végétale au tissage des étoffes vestimentaires. C’est une pénurie de laine qui aura sévi durant cette période qui incitera les tisserands à l’utiliser, en association avec le chanvre et le lin, pour la confection de vêtements. Jusque là, le coton brut importé des Indes ne sert que de rembourrage aux édredons. Il est également filé et torsadé pour fabriquer les mèches de lampes et de cierges. C’est en mille cinq cent cinquante que les cotons en provenance d’Inde et de Perse et qui transitent par le port de Marseille, commenceront à être tissés sur place. C’est à partir de cette époque que le coton va rapidement prendre une place de plus en plus importante. Plus économique à produire que les autres fibres textiles, il est également d’une grande solidité. De plus, son coût ayant été artificiellement réduit par l’esclavage de sa main d’oeuvre, en Amérique et aux Antilles, elle fut une matière première particulièrement bon marché, au cours des siècles passées. Au XVII ème et XVIII ème siècle, il obtient ses lettres de noblesse, sa présence étant partout au sein des chambres princières dont il tapissait les murs et les lits. La papeline de soie, tissée en Avignon, est devenue aujourd’hui la popeline dont la matière est de pur coton et dont le tissage donnera naissance à la toile de jean.

tissage-artisanal-lyon_stoppage-vetement-lyon_restauration-textile-lyon_evolisse_lyon_rhone-alpes

Au Pérou autant qu’en Inde, le tissage du coton est une tradition millénaire. Les fragment trouvés dans les tombeaux Inca sont datés de plus de deux mille ans. Mais c’est en Inde, sur les bords de l’Indus, que sera trouvé le fragment le plus ancien. Daté de cinq mille ans, il atteste de plus, de par la parfaite conservation de sa teinture, d’une parfaite maîtrise de celle-ci et notamment des mordants qui permettent de la fixer.

stoppage-tissu-lyon_tissage-mural-lyon_restauration-textile-lyon_evolisse_lyon_rhone-alpes

Son utilisation est si ancienne que de nombreuses traditions l’on intégré dans leurs mythologies. Pour les Upanishads, il représente le soi et le souffle et symbolise la continuité qui va du monde des ténèbres à la lumière. Les Murungs, au Bangladesh perpétuent des rites très anciens et accorde au brin de coton le pouvoir magique d’identifier les esprits mauvais. A Bali, c’est la déesse Dewl Sri qui apporta le coton aux hommes. Emanation de l’énergie divine, son fil s’unissant par la chaîne et par la trame, symbolise l’union du masculin et du féminin. En chine, il est directement associé au mythe de la tisserande, représenté par l’étoile Alpha, et du bouvier dont la constellation lui fait face dans la voûte céleste. Dans la mythologie Maya, le fil de coton est une représentation des lianes de la forêt, dont le serpent de son corps vivant devient le créateur du tissage.

creation-textile-lyon_stoppage-costume-lyon_restauration-textile-lyon_evolisse_rhone-alpes

Le coton représente aujourd’hui presque la moitié du poids de fibres textiles utilisées dans le monde.

sources: « l’or blanc: la fabuleuse aventure du coton » Lucien Marchal. Ed: Marabout Université;  « Le coton au fil du temps » Michelle Jeanguyot. Ed: Le vigan

Les commentaires sont actuellement fermés.