Bienvenue chez Evolisse

Blog (Single Entry)

Les types de tissage sur métier à tapisserie

10août

Les tapis et tapisseries se tissent sur des métiers semblables. Compte tenu de leur poids, les tapis  sont plus généralement destinés aux sol. Depuis toujours au moyen- Orient on fabrique des tapis, dans toutes les couches de la société, nomades comme sédentaires, populaires ou élitaires, pour en faire un usage pratique dans la vie de tous les jours.

La Laine, le coton et la soie forment la matière première des tapis. La laine de mouton, de chèvre ou de chameau est la fibre la plus employée. Utilisée de manière pratique ou décorative, la tapisserie a traversé le monde et les époques. Aujourd’hui présente dans toutes les cultures et toutes les formes, tapis de sol, tapisseries murales, textile d’ameublement…

Le tapis à points noués

 

Le Tapis de Pazyryk, conservé au musée de l’Hermitage à Saint-Pétersbourg est le plus ancien exemplaire que l’on connaisse, il daterait du Vème siècle avant J-C.

Il aurait été tissé dans le sud-ouest du Caucase. La fracture raffinée de cet ouvrage semble confirmer que le tissu à points noués avait, dès ses origines, une fonction esthétique.

La technique se serait rependue à la faveur des grandes migrations vers l’ouest, en Perse, en Anatolie,  vers l’est en Chine et plus tard vers le sud en Inde.

Son velours formé par les nœuds du tapis, le distingue des ouvrages tissés à plat.

1-Pasyryk

Le nœud asymétrique ou point Senneh.

Le nœud asymétrique ou point Senneh.

 

Le nœud est formé autour d’un seul fil de chaîne.

Les deux extrémités du brin se trouvent séparées par le fil de chaîne,
le nœud ainsi formé peut être « ouvert » à droite ou à gauche.

Il donne au tapis une grande souplesse.

Méthode Persane, importé aux atelier de la savonnerie.

Le nœud est formé autour de deux fils de chaîne
en faisant ressortir entre ceux ci
les deux extrémités du fil qui constituent
ainsi une touffe de velours.

Il apporte plus de rigidité au tapis.

Le nœud symétrique ou point Ghiordès.

Le nœud symétrique ou point Ghiordès.



Le nœud  sur chaîne simple ou Espagnol.

Le nœud sur chaîne simple ou Espagnol.


Le nœud est formé en enroulant le brin autour d’un seul fil de chaîne,
alternativement paire ou impaire, en faisant ressortir les deux bouts
de part et d’autre du fil de chaîne.

C’est cette technique peu utilisée en dehors de l’Espagne,
qui donnera naissance au tissu velours.


Le Jufti

Version du Nœud symétrique et asymétrique obtenu en enroulant le nœud autour de quatre fils de chaîne au lieu de deux pour accélérer le temps de production, il était à l’origine appliqué pour obtenir des effets de relief particulier.

Les Kilims

Les Kilims sont des tapis plat, sans velours, réalisés selon le procédé des fissures.

Les Kilims sont des tapis plat, sans velours, réalisés selon le procédé des fissures.

 

La trame discontinue s’interrompt d’une couleur à l’autre.

Il apparaît donc entre les zones chromatiques des fissures verticales.

Cette technique a donné naissance aux premières tapisseries.

Pour éviter les fissures on a modifié l’armure du tissage.


Les Soumaks

 

Le fil de trame passe sur trois ou quatre fils de chaîne
puis revient sur un ou deux, formant des dessins obliques.

L’effet de relief ainsi créé, s’approche de celui de la broderie.

Les Soumaks sont exécutés avec la technique des trames enroulées.

Les Soumaks sont exécutés avec la technique des trames enroulées.


Le Joval et le Torba

Des  sacoches à points noués typique du Turkestan Occidental que l’on accrochait à l’intérieur de la yourte. Ornée de franges dans la partie inférieur, elles faisaient office de coffre.


Les commentaires sont actuellement fermés.